Ma volonté est que mes dessins,mes estampes, mes bibelots, mes livres enfin les choses d'art qui ont fait le bonheur de ma vie, n'aient pas la froide tombe d'un musée, et le regard béte du passant indifférent, et je demande qu'elles soient toutes éparpillées sous les coups de marteaux du commissaire priseur et que la jouissance que m'a procurée l'acquisition de chacune d'elles, soit redonnée, pour chacune d'elles, à un héritier de mes goûts. EDMOND DE GONCOURT

Edmond et Jules

Edmond et Jules

Edmond de Goncourt par Nadar

Edmond de Goncourt par Nadar

jeudi 26 février 2009

Parution du "Paris soir du 11.02.1924"

Une opinion toute fraîche sur le journal posthume des Goncourt donnée par M. J.H Rosny aîné dans la naissance d'Occident:
"...Aucun éditeur n'oserait l'imprimer et l'osât-il, le livre ne tarderait pas à être étouffé sous des astreintes. La publication se trouverait donc arrêtée net. Nous le regrettons très vivement, car, je le répète, les droits d'auteur auraient pu grossir notablement le capital de l'Académie ..."
Un jour viendra où le miracle s'accomplira. Mais à une date des plus lointaines : "Il est probable que le jour où paraîtront les Mémoires des frères Goncourt, nous serons tous les dix dans le sépulcre", ajoute Rosny aîné. Quand à faire un triage ...."Goncourt ne nous y a pas autorisé...", écrit-il.



Article paru dans le journal "Paris Soir du 11 février 1924".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retour haut de page


statistiques