Ma volonté est que mes dessins,mes estampes, mes bibelots, mes livres enfin les choses d'art qui ont fait le bonheur de ma vie, n'aient pas la froide tombe d'un musée, et le regard béte du passant indifférent, et je demande qu'elles soient toutes éparpillées sous les coups de marteaux du commissaire priseur et que la jouissance que m'a procurée l'acquisition de chacune d'elles, soit redonnée, pour chacune d'elles, à un héritier de mes goûts. EDMOND DE GONCOURT

Edmond et Jules

Edmond et Jules

Edmond de Goncourt par Nadar

Edmond de Goncourt par Nadar

dimanche 20 avril 2008

Recette de Cuisine


Cet extrait provient du journal des GONCOURS (page 50 à 51 Attention lire Goncours et non pas GONCOURT).
Je vous laisse donc libre choix pour la qualification "Apocryphe ou Galéjade".





Lundi 2 mars 1896


Le Dr Maurice Pillet qui a suivi, comme Léon, les cours du professeur Tillaux, à l'Hôtel-Dieu, rapporte qu'une nuit que M... sortait d'un cercle, il vit tomber, à ses pieds, du sommet d'une haute voiture, un charretier. Il le fit conduire à l'hôpital, mais le malheureux mourut en arrivant.

M.... pria l'interne, qui était de ses amis, de lui donner un morceau de chair de ce cadavre une fois l'autopsie faite. Le lendemain l'interne le contenta. M.... porta le morceau de chair à son valet de chambre et cuisinier François qui le fit mariner deux jours dans de l'huile d'olives, du madère et des aromates, et lui servit sous ce nom : Filet de charretier à la Horla.

Après s'être payé cette curiosité d'anthropophagie , M.... pouvait dire par expérience que la viande humaine est insipide au palais et qu'elle a une saveur de veau fade.



Par respect à cet excellent poète je n'ai mis que la première lettre de son nom



Cette recette culinaire d'un excellent cachet est à nouveau décrit le 22 mai 1896 mais d'une façon beaucoup criminelle (page 70 à 73) .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retour haut de page


statistiques